Jacques Rémus

Bombyx Concertomatique Bascule Thermophones MIS Labs

Accueil DIFFUSION Installations - Sculptures sonores Thermophones à bascule détail

Thermophones à bascule détail

Thermophones à bascule (2008)

1  Origine et principes de fonctionnement

Les Thermophones sont des sculptures sonores ou « machines » musicales hydrauliques construites sur deux principes :

Le premier principe est celui des petites bascules en bambou que l'on trouve en extrême-Orient, construites par les enfants le long des rivières ou isolées dans un temple ou jardin japonais (Shishi-odoshi).
Ce principe a été repris par des sculpteurs (Pol Bury, Bernard et François Baschet, etc.) et des fontainiers.

Fontaine japonaise Shishi-odoshi en bambou

Les Thermophones à bascule sont en métal et de taille beaucoup plus importante (à l'échelle x 10 ou x 20 des Shishi-odoshi).


Le deuxième principe est celui des orgues thermiques ou pyrophones, découverts au dix-neuvième siècle et déclinés parfois sous le nom d’ « orgues à feu ». L’un des colosses de Memnon en Egypte aurait aussi produit ce phénomène dans l’antiquité, par simple effet thermique du au soleil.

Pyrophone de F. Kastner Grande Bretagne 1876



Les Thermophones à bascule sont contrôlés par ordinateur et n’utilisent pas le son du feu, mais l’onde stationnaire fondamentale de tout tuyau sonore.
Plusieurs recherches ont été développées à partir des principes de la thermodynamique liés à l’acoustique dans les tubes : l’effet thermo acoustique utilisé ici est basé sur ce qui est lié à l’étude des « tubes de Rijke ».


2  Les Thermophones à bascules : description

Les Thermophones à bascule sont tout à la fois des sculptures cinétiques et lumineuses, des instruments de musique et des machines musicales pilotées par ordinateur.


Ils fonctionnent avec de l’eau au dessus d’un petit bassin d’eau artificiel: la "bascule" sert à positionner des tubes métalliques chauffés au rouge à une extrémité par des chalumeaux (sans danger pour le public). Les tubes jouent alors des notes rondes et puissantes.

Ces tubes accordés peuvent créer des suites de nappes de sons ou d'accords auxquels se mêlent le son de l'eau envoyée en jets dans les récipients des bascules.
Les premières études ont été réalisées pour un projet avec EDF au début des années 90. Les premières réalisations de prototypes (Marseille 2007(*)) et la première présentation (San Sebastian, Espagne, 2008) ont été faites avec un ensemble de 8 tubes oscillants de 1 à 3 mètres de long.
Les éclairages sont aussi pilotés par ordinateur.

Les mouvements et les sons sont lents et, l’aspect visuel étant parfois dominant, l’installation propose une ambiance qui prête à la méditation tout en étant caractérisée par des sons relativement puissants. L’accord rigoureux des tubes se complexifie face à l’évolution microtonale des notes jouées lors des refroidissements, ce qui provoque des « battements » sonores graves qui s’entendent en partie par des vibrations perçues par la cage thoracique et la transmission osseuse.

Cette installation peut aussi se prêter à des créations musicales originales et des jeux avec d'autres instruments/instrumentistes, les Thermophones et leurs pompes étant « partitionnés » par ordinateur. Certaines présentations ont amené le public à chanter "dessus".

Les jeux de lumières avec les flammes des chalumeaux et des colorations de l'eau (fluorescéine) se prêtent bien à la nuit

Maquette de Thermophones à bascule, Marseille septembre 2007

Maquette de Thermophones à bascule, Marseille septembre 2007

L’étape actuelle de ce travail est une installation des 8 tubes sur châssis positionnés en étoile dans une « piscine » de 15 à 20 cm de hauteur et de 7 m de diamètre autour de laquelle le public peut stationner ou circuler.


« Básculas Termófonas »  21 au 27 juillet  2008 San Sebastian  Espagne



« Básculas Termófonas »  21 au 27 juillet  2008 San Sebastian  Espagne


(*) Ils sont issus de prototypes réalisés à Marseille en septembre 2007, à la Cité des Arts de la Rue, avec Sud-Side (http://www.sudside.org/) dans le cadre d'un travail avec la FAI AR (Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue).